tmpx

TMPX - Galerie - Boutique

L'art n'est ni passé ni futur. S'il n'est pas présent, il n'est rien.

tmpx Galerie créations Originales





2020

Oeuvres originales vendus par son auteur, ainsi que leurs copies.

Rhinoceros 101120

Original – Copie

Rhinoceros 91120

Original – Copie

Portrait 11120

Original – Copie

Coronavirus

Original – Copie

Cueillette

Original – Copie

Pocahontas

Original – Copie

Photographe

Original – Copie

Marthe Keller

Original – Copie

Solidarité

Original – Copie

Barrier Gestures

Original – Copie

Amante religieuse

Original – Copie

INSTA’Vanitas

Original – Copie

Minotaure AllCool

Original – Copie

Culture de la bien pensance

Original – Copie

Le Cavalier Mongol

Original – Copie

Inondations
Original – Copie
Élixir de longue vie
Original – Copie

2019

Oeuvres originales vendus par son auteur, ainsi que leurs copies.

je t’ai à l’oeil
Original – Copie
Madame Irma
Original – Copie
Selfie Moi m’aime
Original – Copie
Mohamed Ali

Original – Copie

Le Gladiateur

Original – Copie

Chat percher

Original – Copie

AFP infos Discount
Original – Copie
Mon ami Bruno et ses travers
Original – Copie
J’entends Siffler le train

Original – Copie

Ma Semeuse

Original – Copie

Danse de la pleine lune
Original – Copie
Je m aime et toi

Original – Copie

Bienvenue à tous, je suis heureux de vous accueillir dans mon univers.

Ensemble, émerveillons-nous devant ces couleurs acryliques fraîchement sorties des tubes de peinture. N’hésitez pas à me faire part de vos avis et impressions sur mes derniers tableaux, ainsi que vos coups de cœur. Je serais heureux d’échanger avec vous en l’espace de quelques clics.

Mes débuts


Pour la petite histoire, j’ai vu le jour dans la capitale des artistes où les palettes de couleurs trouvent leurs sources et les contrastes, leurs brillances, à Paris en 1960.

Premier contact avec l’art


J’ai pataugé dans la culture de l’Art, avant d’apprendre à marcher.

Je suis né dedans, j’ai grandi dans l’atelier de ma grand-mère Biba qui m’a élevée. Elle était artiste peintre et caricaturiste. Avec une histoire de réfugiée Russe de la grande révolution Bolchevik de 1917.
Elle travaillait principalement sur des reproductions de grands artistes contemporains, comme des plus ancien, entres-autres, Vermeer, Ambrosius Bosschaert, Balthasar van der Ast ou Brueghel et bien d’autres.


Son travail consistait à remettre en relief, sur des photos collées sur des toiles tendus sur des cadres, les coups de pinceaux, les lignes et les tamponnages… Avec une colle blanche qui devenait transparente au séchage.


Des dizaines de reproductions étaient disposées ici ou là et changeaient tous les quinze jours.


A l’âge de trois ans, ma grand-mère Biba, découvre mes capacités en dessin. Cette artiste-peintre, formidable pédagogue, m’a beaucoup enseignée. Elle me permet de laisser libre court à ma créativité avec tous ses outils, dans la bienveillance et sans réserve, jusqu’à sa disparition, j’avais 21 ans.


J’ai eu la chance de réussir de belles études d’art, guidé par cette grand-mère exceptionnelle, nourrissant mon besoin constant de créer.


Un besoin qui m’a aussi permis, entre autres, de développer des compétences techniques en photographie, au cours de mon adolescence. Au-delà de la chambre noir, en passant par la prise de vue. Je comprends très vite, sauf exceptions rares, l’importance de la règle des tiers, pour sublimer le mouvement des images.

Mon autonomie


A 20 ans, je perds mon père, tant et si bien que Biba sa mère, ne s’en remettra pas. Nous habitions tous ensemble avec un frère et trois sœurs. Par conséquent je deviens le chef de famille.


Étonnamment, ce nouveau rôle dans ces conditions, me rend plus forts. Cette maturité brutalement imposée, me guidera tout au long de ma vie vers des parcours professionnels indépendants.


Ces bouleversements se sont exprimé, à l’époque, dans des sculptures sur pierre, avec un métissage de style Gargouille et préColombien. Je vends plusieurs sculptures et tableaux dans des bistrots. Ce seront là, mes premières expositions et mes premières ventes.

Mon parcours de vie


A la trentaine, j’atterris aux portes d’Orléans avec femme et enfants. Pour subvenir aux besoins de ma famille, je monte une entreprise dans le bâtiment.


Pendant mon temps libre, je dessine toujours, et m’intéresse par ailleurs à la maîtrise du moulage sur corps humain. Ces moulages plâtres, plus filasse, me serviront à fabriquer des appliques murales, que je vendrai avec difficultés, par manque de visibilité.


Quelques années après, lors d’un revirement de situation, je me reconvertis en pizzaiolo à mon compte. Mon restaurant me servira d’ailleurs également de salle d’exposition.

Pseudo, tmpx


tmpx vient en partie de mes enfants. Comme tout le monde, je suis passé par l’appellation ordinaire de papa. Puis est venu dans les années 1990, papax. Jusqu’au jour où c’est devenu Tampax. Ça nous faisait beaucoup rire, Tampax étant encore aujourd’hui une marque tampons hygiéniques.


En entendant mes enfants m’appeler Tampax, mon ami Renaud, a eu un bon rire gêné. Toutefois, son éducation l’empêchait de me nommer Tampax. Alors, avec diplomatie, il a préféré utiliser l’acronyme de Tampax, soit tmpx, que nous avons adopté. C’était en effet, plus politiquement correct.

Mon retour sur Paris


Aux débuts des années 2000, le divorce est prononcé. J’ai le bonheur d’avoir la garde totale de mes trois enfants, alors adolescents. Les temps sont durs certes, mais heureusement, le dessin, la peinture, la sculpture, la céramique m’accompagnent pour soulager ce quotidien parfois éprouvant.


De retour en campagne parisienne, avec le brevet d’instructeur d’ULM en poche, je dirige mon école. Malgré mon épanouissement, je gagne peu ma vie.

Les prémices


En 2014, une opportunité s’offre à moi. Mes tableaux se retrouvent exposés dans une galerie, à Paris 4 dans le quartier du Marais. Mon rêve prend forme…


Mes chers enfants sont maintenant autonomes. En conséquence, moins de responsabilités sur les épaules, je peux me consacrer totalement à mon aspiration.


Quatre ans après, je m’investis à plein temps dans ce qui m’a toujours fait voyager. Avec mon mentor qui m’a toujours accompagné avec tendresse, 40 ans après son décès…


Mes tableaux ont suivi une évolution au fil de mon parcours. Les fins connaisseurs peuvent y retrouver une même constante : l’acrylique, mélange des couleurs, le mouvement du contraste en harmonie dans son espace.


Un peu figuratifs au tout début de ma carrière, mes tableaux deviennent néo-expressionnistes, avec une esthétique autour du mouvement et des contrastes des couleurs.


Certains me classe dans le Pop Art tendance underground. Pourquoi pas, une fois l’œuvre terminée, le regard sur mes créations ne m’appartient plus.

Mon inspiration


Inspiré par Picasso, Miro, Pollock, Condo, Basquiat, Barcelo et tant d’autres: Brueghel, Munch, Van Gogh, Modigliani, Utrillo, Sérusier, Gauguin, Degas, Cézanne, Matisse, Dix, Chagall, Monet, Manet, Renoir, Lautrec… Ils ont bercé mon enfance dans l’atelier de reproduction de ma grand-mère Biba.


Elle n’a pas eu le temps de voir arriver le phénomène pictural néo-expressionniste, apparu dans les années 1980. A travers son regard, sa pédagogie et ses études, elle me l’a pourtant transmis, sans le savoir. Je suis plutôt anticonformiste. Ma fascination pour cet art est évidente.


Georges Brassens le poète-anarchiste comme il aimait se qualifier lui-même, à vrai dire, m’a certainement influencé.


Je recueille mes inspirations, entre autres, dans les faits de société, comme dans la nature, dans les mythologies, comme l’histoire de l’art. Partout où l’émotion peut-être rationalisée.


Dénoncer, en dessin, le politiquement correct, ou bien composer comme je l’entends, en partant d’un simple gribouillage de deux à trois traits, qui vont dans l’instant me donner la vision de mon prochain dessin. Je me complais dans cette liberté d’expression.


Je dessine comme je rêve, en bref, c’est tordu, mais cadré. Certains disent amicalement que j’aurai des problèmes psychiatriques… ;o) C’est pour moi l’un des plus beaux compliments.

2018 – Plein temps


La création d’un site pour e-commercer mes tableaux symbolise le changement, la victoire sur les tourments de la vie.


Mes tableaux me permettent des projets merveilleux : avoir de multiples publications papiers, TV, web, de figurer en galeries, d’exposer dans de prestigieux hôtels tels que le Carlton à Cannes et le Westin place Vendôme à Paris, de participer à de nombreuses foires d’art contemporain (dont Bruxelles, Paris, Rome…). Collaborer avec des architectes d’intérieurs, de créer une galerie en ligne, de reprendre mes sculptures, mes céramiques, mes moulages, et de rencontrer toujours plus de personnes clairvoyantes et inspirantes.


Après Paris et Orléans, je suis désormais installé dans l’Oise. Je reste connecté aux galeristes, aux collectionneurs ainsi qu’aux journalistes qui voudraient s’intéresser à mes créations. Peu importe le lieu où mon atelier est situé, mes tableaux continueront leur libre circulation, et Internet reste, je crois, le meilleur vecteur pour ça !


Je vous remercie beaucoup de votre attention.


tmpx